Les algues vertes

Mise à jour le 

Les grandes algues marines sont largement présentes sur les côtes rocheuses de l’Atlantique et de la Manche. Les algues vertes en font partie et sont naturellement présentes dans l’écosystème marin breton, sur l’estran ou dans les laisses de mer.

Les algues vertes : un phénomène naturel...

Les grandes algues marines sont largement présentes sur les côtes rocheuses de l’Atlantique et de la Manche. Les algues vertes en font partie et sont naturellement présentes dans l’écosystème marin breton, sur l’estran ou dans les laisses de mer.

Elle se multiplient et grandissent en suspension dans l’eau de mer, dans les baies sableuses en pente douce et dans des conditions spécifiques.

...présent sur de nombreux littoraux à travers le monde. En France, la Bretagne est plus impactée mais le phénomène existe aussi en Normandie, en Vendée et dans certaines lagunes autour de Montpellier. Mais on en retrouve aussi en Finlande, en Hollande, dans la baie de Dublin en Irlande ou encore dans le lagon de Venise. Au niveau mondial, la Chine, le Japon, l’Australie, les Etats-Unis, le Sénégal ou la Tanzanie ont des portions de côte également atteintes.

Mais dans certaines zones côtières, elles se développent de façon excessive en raison de la combinaison de 3 facteurs principaux : 

  • La morphologie du littoral : dans les baies fermées, avec des eaux calmes et peu profondes. Peu exposées à la houle, bénéficiant d’une eau claire qui favorise le passage de la lumière.
  • Des eaux riches en azote et en phosphore, les deux principaux nutriments des végétaux qui nourrissent les algues.
  • Les conditions météorologiques : température, ensoleillement, pluviométrie. Ce qui explique la différence de développement du phénomène et des échouages d’une année sur l’autre.

Ces 3 facteurs se trouvent dans des baies plutôt abritées de la haute mer et de faible profondeur avec la présence d’une embouchure de rivière et des courants marins et une houle de nature à retenir les algues et leurs nutriments proches du littoral. C’est le profil de la baie de Saint-Brieuc.

De plus, à proximité du rivage, les algues marines rencontrent les pollutions d’origines continentales, liées à l’urbanisation et au développement de l’agriculture. Depuis une quarantaine d’années, le développement de l’agriculture, avec l’augmentation des épandages d’engrais minéraux et des effluents d’élevage, et le développement urbain ont «  suralimenté  » les algues provoquant leur croissance massive.

 

Quelles sont les actions mises en place ?

Un ramassage systématique des algues vertes échouées sur les plages est assuré afin d’éviter leur décomposition.

Sur Saint-Brieuc Armor Agglomération, c’est la Direction de l’Eau et de l’Assainissement qui est en charge du ramassage des algues vertes.

Les algues collectées sont ensuite envoyées à :

  • Sur le site de Kerval à Launay Lantic pour du compostage
  • A la société SAGA TECH du groupe Olmix pour une valorisation en produits alimentaires pour bétail.
  • Et peuvent être traitées par de l’épandage suivi de l’enfouissage sur les terres agricoles.

En cas d’impossibilité de ramassage, dans des secteurs difficiles d’accès tels que les rochers et les vasières, les zones concernées peuvent être interdites. Une signalétique spécifique est mise en place et elle doit être respectée.

Un plan d’action lancé depuis 2010

Face à ces marées vertes, l’État a lancé en 2010 un plan de lutte contre les algues vertes, en partenariat avec la Région, les départements et les collectivités des territoires les plus impactés.

12 M€/an sont engagés pour assurer la sécurité des personnes grâce au ramassage des algues échouées et à leur traitement, améliorer la connaissance du phénomène, prévenir le développement excessif des algues en réduisant les fuites d’azote vers les cours d’eau.

Les scientifiques sont mobilisés pour mieux comprendre et prévenir le phénomène. On sait désormais que la réduction des flux de nitrate vers le littoral est le seul levier d’action contre la croissance excessive de ces algues.

Les nitrates étant essentiellement d’origine agricole, agir contre les algues vertes, c’est donc accompagner, par du conseil et des aides directes, les agriculteurs et les acteurs locaux vers des pratiques et des systèmes agricoles limitant les fuites d’azote dans les cours d’eau.

De nombreuses actions sont menées, avec et par les agriculteurs, pour améliorer la qualité de l’eau : couverture des sols et rotation des cultures, fertilisation équilibrée, augmentation des surfaces en herbe, incitation à la conversion bio, aménagement du milieu… Cette évolution vers des systèmes de production plus vertueux s’accompagne de contrôles ciblés.

Plus particulièrement, au niveau de Saint-Brieuc Armor Agglomération, des actions de prévention et de lutte contre les eaux intercommunales sont menées tout au long de l’année et ce depuis 10 ans :

  • La préservation et la gestion des zones humides  occupent une place importante dans les politiques de reconquête de la qualité de l'eau : blocage/capture de polluants, dénitrification, dégradation des pesticides, continuité écologique, réservoir de biodiversité.
  • Une équipe est chargée des rencontres avec les agriculteurs du territoire : aménagement des espaces en amont des cours d’eau, gestion des troupeaux, accompagnement financier…  

L'Agglo a engagé un programme d'investissement important dans les réseaux pour garantir la  qualité des eaux de baignade et respecter l'environnement.